Mais !

Publié le par Chabaud



Depuis 10 jours tu chevauches en short de coton côtelé,
Hardi sous ton masque, armé d'un petit coutelas
T'es le " renegado " de la rue Henri Wallon
Mais fallait-il qu'sur ton cheval en bâton ?
Te fallait il après 10 jours, aller de ce coté là ?
Te fallait-il après 10 jours, flâner vers l'école, Eugène ?
" Mais...."
" Il n'y a pas de mais ! "

Le soir, dans le noir et blanc d'un vieux Radiola,
Tu vois à travers l'opacité des fumigènes :
Des Maos, les cognes, Bendit.
Tu entends le bruit des poursuites,
Tu entends le bruit des grenades,
et dans l'atmosphères lacrymogène
la fièvre y est, la flamme, ça court, ça rampe.
Février était Olympique, mais ......soixante huit

Le soir sur un vieux poste à lampe,
Tu vois une caresse au delà des barricades,
La retenue d'un souffle après la fuite,
Des seins nus sous une chemise
Un regard cru, un baiser entre camarades,
Qui s'éternisent,
au bord d'un trottoir.
Soixante neuf était Erotique, mais .....Soixante huit

A 10 ans Eugène, tu n'es pas âgé
A 10 ans t'es né bien trop tard
Pas de bagarre, pas de combat, pas de harangue en AG,
Mais un cheval de bois pour tes cavalcades
Mais un retour en classe, piteux, récupéré par l'instit
Eugène, à 10 ans, un " renegado " c'est pas Bendit
" Mais..... "
" Il n'y a pas de mais ! "

Jean-François Bottollier

Eric Doué

Publié dans singulart

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

P'tikon 26/04/2008 21:44

Est-ce que tu l'as récupérée, mon affiche ?A bientôt pour lancer les pavés,       éric Doué